Comment réussir vos raccords comme un pro

Beaucoup de réalisateurs sans expérience sabordent leur film parce qu’ils n’appliquent pas les quelques règles qui existent en matière de raccord. Voici comment réussir vos raccords comme un pro.

Vous revenez de tournage et vous avez des rushs plein le disque dur. Vient maintenant le moment de les monter en faisant se succéder tous vos plans, les uns derrière les autres.

Un montage réussi, c’est un montage qui ne montre pas ce qu’il est !

Si vous préférez, un montage qui « fonctionne », c’est une succession de plans que les yeux de vos spectateurs ne remarquent pas. 

Et pour cela, il faut que les plans soient « raccords ». 

Les raccords forment une continuité servant à lier deux plans d’une même séquence.

Pour rappel, une séquence est constituée d’une succession de plans qui forment une unité de lieu et de temps. Et pour obtenir cette continuité, il existe quelques règles à appliquer sur les différents types de raccords :

  • le raccord regard ;
  • le raccord mouvement ;
  • le raccord dans l’axe.

Comment réussir vos raccords comme un pro : le raccord regard

Naturellement, notre regard est systématiquement dirigé vers un autre regard.
Nous nous regardons donc toujours dans les yeux. Sauf peut-être les gens très timides !

Lorsqu’on visionne un film, c’est pareil. Nos yeux vont dans ceux des personnages à l’écran.

Dans une séquence dans laquelle se succèdent plusieurs plans, il est important de trouver de la cohérence dans le regard des personnages. Car s’il est mal dirigé, le spectateur perd ses repères. Notamment dans les champs et contre champs.

Voici une séquence extraite du film « De mou dans la gâchette » réalisé par Louis Grospierre (1967) qui vaut d’exemple en la matière en ce qui concerne le « regard caméra ».

Interview, reportage, fiction…, le regard caméra donne du sens

Dans une interview, le regard de l’interviewé va vers celui de l’interviewer, même si on ne voit pas ce dernier. C’est le regard de l’interviewé qui nous donne cette information.

S’il regarde la caméra, cela veut dire qu’il est tout seul et qu’il s’adresse à nous.

C’est le cas du JT de 20 heures. La journaliste s’adresse aux téléspectateurs, directement en les regardant dans les yeux de la caméra, donc des vôtres. 

Comment réussir vos raccords comme un pro dans une séquence mettant en scène plusieurs personnages ? Tout d’abord, il est indispensable de respecter les raccords regards, notamment lorsqu’on passe d’un plan large à un plan serré, où l’on ne voit plus qu’un seul personnage.

Par exemple, dans un dialogue entre deux personnes. 
La personne A est dans le « champ ». Elle parle à la personne B « contre champ ».

Le personnage A, c’est le champ
(image de Sam Lion – Pexels)
Le personnage B, c’est le contre champ
(image de Sam Lion – Pexels)

Il est primordial qu’ils soient tous les deux « raccord regard » pour que le spectateur comprenne bien quelle est la place que chacune de ces deux personnes occupent. Et cela, même s’il ne voit pas les deux à l’image. 

On peut également avoir un « champ – contre champ » entre un personnage et un objet. 

Généralement, quand un personnage regarde quelque chose, la règle veut que l’on montre de quoi il s’agit.

Le raccord dans l’axe

Comment réussir vos raccords comme un pro pour respecter les raccords dans l’axe ? On parle de raccord dans l’axe quand deux plans se succèdent avec le même axe ou presque de prise de vues. L’angle entre les deux axes optiques ne peut pas faire moins de 30° au risque d’avoir une saute dans l’image.
Vous devez appliquer la même règle si vous filmez avec un deuxième appareil. Celui-ci devra être placé au-delà des 30° du premier.

La règle des 30 ° : pour éviter cette saute d’image du sujet A que l’on est train de filmer, si l’on ne veut pas changer de valeur de plan, il faut déplacer la caméra d’au moins 30°. 

Pour ne pas se tromper, pensez à la moitié d’un gâteau que vous couperiez en six parts. Dans le cas ci dessus, il faut placer la caméra au-delà de la première part, immédiatement à gauche de son axe sans jamais déplacer la ligne d’action (règle des 180°).

Par contre, si vous ne souhaitez pas déplacer votre caméra, mais que vous voulez zoomer sur votre sujet (raccord dans l’axe), pour éviter le « plan sur plan » qui donne, là encore, une sensation de saute dans l’image, vous devrez changer de valeur de plan de façon très prononcée et passer, par exemple, d’un plan taille à un gros plan sur le sujet.

Bon à savoir : si vous déplacez votre caméra sans aller au-delà des 30° (donc dans la partie interdite rouge dans le schéma ci-dessus), pour éviter le plan sur plan, vous pouvez changer de valeur de plan (du plan taille à un gros plan). Vous éviterez ainsi cette mauvaise sensation de « saute d’image ». 

Attention à ne pas confondre la « saute d’image » avec le Jump Cut (coupe sautée) qui est une figure de style actuellement très tendance, en particulier dans les vidéos clips. 

La « coupe sautée » consiste en une transition brutale entre deux plans qui donne une sensation de cassure. La fluidité de l’enchaînement des plans est donc brisée.

Comment réussir vos raccords comme un pro et avoir un vrai raccord de mouvement

On parle de raccord mouvement lorsqu’un mouvement commence dans un plan et continue dans le suivant, en respectant la logique de l’action.

Un personnage (plan A) tend un verre vers une bouteille qui le remplit (plan B).

Règle à respecter : un personnage, objet… qui sort du cadre à droite entre dans le plan suivant par la gauche, le côté opposé !

Et vice-versa : il sort par la gauche et entre dans le plan suivant par la droite. 

C’est pareil pour le haut et le bas : toujours à l’opposé de la sortie de cadre.

La règle des 180 ° (également appelée « ligne d’action ») : cette règle est indispensable quand entrent dans le cadre un ou deux personnages – ou plus – , notamment quand ils se font face ou quand ils se parlent.

Cette règle dit qu’une ligne imaginaire existe entre le regard de deux personnages face à face et que la caméra ne doit pas la franchir.

La caméra occupe donc la moitié d’un cercle imaginaire.

Si cette ligne est franchie, autrement dit, si la caméra se place sur l’autre moitié du cercle, tous les personnages vont être inversés dans le cadre. Ce qui entraîne une incohérence spatiale entre les plans.

Le personnage en veste verte est placé à droite et il regarde vers la gauche
La caméra a franchi la ligne d’action. Désormais, le personnage en veste verte est à gauche et son regard pointe vers la droite.

Nous avons vu plus haut ce qu’étaient le champ et le contre champ. Là encore, si la caméra est placée d’un côté pour le champ, elle restera du même côté pour le contre champ.

S’il s’agit de filmer trois personnages, par exemple autour d’une table, la ligne imaginaire va se déplacer. Dans l’exemple ci-dessus, le personnage A s’adresse au B. La position de la caméra change au grés des champs et contre champs. Ensuite, le A s’adresse au C.

La caméra peut se déplacer dans la moitié ombrée. Pour comprendre l’emplacement des trois personnages, la séquence commence par un plan large afin que le spectateur les situe dans l’espace. Les raccords regard des personnages feront le reste.

Lors d’une interview, la caméra ne bougeant pas, le risque d’enfreindre cette règle est inexistant. A moins de filmer à deux caméras. Dans ce cas, attention à ne pas filmer la joue droite avec une caméra et la joue gauche avec l’autre ! 

L’interviewer ne devra jamais être placé entre les deux caméras.

Franchir constamment la ligne des 180° degrés est très désagréable pour le spectateur et donc nuisible à l’interview et à tout type de séquence d’ailleurs.

Reportage, film d’entreprise…, cette règle doit s’appliquer en toutes circonstances.

Vous filmez un ouvrier qui se trouve à droite de votre cadre. Ne traversez pas la ligne d’action. Sinon, sur le plan suivant, il sera désormais à gauche de l’écran !

Si vous estimez que le franchissement de cette ligne imaginaire s’impose, passez tout d’abord par un plan large pour que le spectateur trouve ses repères dans l’espace et comprenne pourquoi l’ouvrier est passé de la droite vers la gauche.

Veillez à ne pas franchir constamment la ligne des 180°. Cela doit être exceptionnel. 

Comme vous mettez un pied devant l’autre pour marcher sans réfléchir, toutes ces règles, deviendront naturelles avec le temps et l’expérience. 

Les adopter dès le début vous permettra de vite les acquérir. Elles feront de vous un vrai réalisateur et vous feront passer du statut de débutant à celui de confirmé. 

Laisser un commentaire